L’Apparition

À la lisière de la forêt,
Les fleurs de rêve éclairent,
Éclatent et hurlent comme un sonnet.

Vois la fille aux cheveux arrangés,
Belle et souriante, au regard fier,
Assise, les genoux croisés.

Rien ne bouge sur son visage
Malgré une brise légère.
Ses cheveux restent très sages.

Je voudrais la connaître,
Qu’elle ne soit plus une étrangère,
Mais n’ose troubler son bien-être.

Je reste alors silencieux,
Imprégné d’un grand mystère,
Dans cet endroit si mélodieux.

© Courboulay juin 1995

Quelques commentaires glanés ici et là…

  • Là où la réalité s’efface pour laisser place au rêve. Très joli poème. M.M.
  • Duand le silence s’imprègne de mystère !
    Merci Michel Courboulay B.K.
  • Moi aussi je suis « Imprégné d’un grand mystère »
    Réelle cette apparition (pourquoi pas !!??)
    En tout cas : un joli poème qui fait rêver… G.T.

Textes de M.Courboulay :

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s