Mots-clefs

, , , , , ,

    " Il y a trois sortes de savoir : le savoir proprement dit, le savoir-faire et le savoir-vivre ; les deux derniers dispensent assez bien du premier "
      Talleyrand
talleyrand, diplomate, homme politique, prêtre, évêque, ambassadeur, ministre

     Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord, communément nommé Talleyrand, est un homme d’État et diplomate français, né le 2 février 1754 à Paris, mort dans cette même ville le 17 mai 1838.

     Issu d’une famille de la haute noblesse, boiteux, il est orienté vers la carrière ecclésiastique à la suite de son oncle, l’archevêque de Reims : il devient prêtre puis évêque d’Autun, avant de quitter le clergé pendant la Révolution pour mener une vie laïque.

     Talleyrand occupe des postes de pouvoir politique durant la majeure partie de sa vie et sous la plupart des régimes successifs que la France connaît à l’époque : il est notamment agent général du clergé et député aux États généraux sous l’Ancien Régime, président de l’Assemblée nationale et ambassadeur pendant la Révolution française, ministre des Relations extérieures sous le Directoire, le Consulat puis sous le Premier Empire, président du gouvernement provisoire, ambassadeur, ministre des Affaires étrangères et président du Conseil des ministres sous la Restauration, ambassadeur sous la Monarchie de Juillet. Il assiste aux couronnements de Louis XVI (1775), Napoléon Ier (1804) et Charles X (1825).

     Il intervient fréquemment dans les questions économiques et financières, pour lesquelles son acte le plus fameux est la proposition de nationalisation des biens du clergé. Toutefois, sa renommée provient surtout de sa carrière diplomatique exceptionnelle, dont l’apogée est le congrès de Vienne. Homme des Lumières, libéral convaincu, tant du point de vue politique et institutionnel que social et économique, Talleyrand théorise et cherche à appliquer un « équilibre européen » entre les grandes puissances.

     Réputé pour sa conversation, son esprit et son intelligence, il mène une vie entre l’Ancien Régime et le XIXe siècle. Décrit comme le « diable boiteux », un traître cynique plein de vices et de corruption, ou au contraire comme un dirigeant pragmatique et visionnaire, soucieux d’harmonie et de raison, admiré ou détesté par ses contemporains, il suscite de nombreuses études historiques et artistiques.

source : Wikipédia

le roman, livre et ebook (editeur Atramenta) est paru chez Atramenta edition

Publicités